Accéder au contenu principal

L'économie organique en détails

      Nous voilà partis pour parler de l'économie organique dans le détail, ce qui n'est pas une si mince affaire. Pour celles et ceux qui arriveraient ici directement, je vous invite à lire en préambule Découvrir l'économie organique, qui fera office de pédiluve avant d'entrer dans le grand bain.

Found on a Ship, sepia, sundial compass, ap, magnifying glasses, rope, compass, navigate, ship, telescope, map, Firefox Persona theme, vintage, HD wallpaper

Vocabulaire

Avant d'attaquer, précisons quelques points de vocabulaire. Comme décrit dans l'article L'économie des mots, nous pensons et réfléchissons avec les mots qui sont à notre disposition. Alors soyons tout de suite précis sur certains.

Citoyen : C'est le terme que nous utiliserons pour parler d'une personne qui utilise l'économie organique. Ce n'est pas la même chose qu'un citoyen classique d'une société existante. En effet, celui-ci est libre économiquement et, donc, totalement. Vous en saurez bientôt plus là-dessus aussi.

Écosystème : C'est le terme qui, en économie organique, regroupe les entreprises, les associations et même les services publics.

La base

    La fonction première de l'économie organique est de se défaire de la monnaie comme réserve de valeur (pour en savoir plus sur la réserve de valeur et ses maux, voir l'article Pourquoi l'économie organique ?). Pour cela, elle remplace toute ancienne monnaie (l'euro, le dollar et les autres) par, non pas une, mais deux monnaies. Ces deux monnaies ont des usages différents et sont toutes deux aussi importantes. On ne peut pas faire une économie organique avec une seule des deux, elles sont capitales.

Nous passons d'une monnaie réserve de valeur
à deux monnaies distinctes et complémentaires.

 

     La première est la monnaie citoyenne. C'est elle qui sert aux achats de la vie de tous les jours : acheter du pain, du vin, une voiture, un massage, etc. Dans son usage, elle rappelle les monnaies standards. Ce qui est normal, on ne va pas non plus "trop" tout changer.

    La seconde est la monnaie d'investissement. Celle-ci, comme son nom l'indique, sert à investir. C'est une monnaie que chaque citoyen investit dans les écosystèmes qui produisent des biens et services qui lui conviennent, qui répondent à ses besoins.

L'économie organique se base sur deux monnaies (citoyenne & d'investissement).

    En pratique, cette duplicité de monnaie se traduit par un cycle économique en deux temps. Premièrement, le citoyen qui veut du pain (je schématise, hein ! En fait, c'est "le besoin") investit sa monnaie d'investissement dans un écosystème de fabrication de pain (communément appelé "boulangerie", oui c'est un peu technique). Cette monnaie reçue va permettre à l'écosystème d'acheter ses matières premières, son énergie, de louer son local, etc. Ensuite, les citoyens devront payer, bien sûr, leur pain à la boulangerie. Mais cette fois avec leur monnaie citoyenne. La monnaie citoyenne alors reçue par l'écosystème, en vendant son pain, ne peut pas servir à acheter de la farine ou quoi que ce soit d'autre. Elle ne peut pas non plus être mise de côté ou considérée comme "profit". En réalité, elle ne peut qu'être utilisée pour payer les salaires.

    Ce qui veut dire, pour résumer, que les écosystèmes ne font pas de profit. L'investissement des citoyens leur donne une trésorerie pour acheter leur matériel. L'achat des produits/services par des citoyens (ou par d'autres écosystèmes) paye les salaires. Point. Pas de profit !

Les écosystèmes ne font pas de profit.

La bascule difficile

    Là où il y a un changement considérable, c'est dans l'origine de la monnaie. De nos jours, dans les monnaies standards, ce sont les banques qui créent la monnaie : la banque centrale crée des pièces et des billets ; et les banques commerciales créent de la monnaie via les prêts qu'elles accordent. En économie organique, ce sont les citoyens qui créent la monnaie. Et pas n'importe quelle monnaie : chaque citoyen en crée une qui lui est propre, la sienne, seule et unique. Bien sûr il ne peut pas en créer autant qu'il le souhaite et nous reviendrons sur ce point central.

    Ce qui va particulièrement mettre le poireau en ébullition des gentils gens de droite (et certainement de pas mal de ceux de gauche aussi), c'est que la création monétaire est inconditionnelle. Chaque citoyen crée sa monnaie, chaque jour (ou chaque mois, peu importe), sans condition : qu'il "travaille" ou non, qu'il soit bon ou mauvais, qu'il soit en bonne santé ou malade, qu'il soit jeune (même très jeune, genre 7 ans) ou vieux (même super vieux, genre 47 ans (boom !)). Ça veut dire, oui mesdames et messieurs, qu'en économie organique on peut ne rien glander de ses journées et quand même avoir de quoi vivre.

    Pour le coup, je n'entre pas dans le débat de "ça va nous faire une société d'oisifs branquignoles", mais pour le dire en deux mots : si vous pensez cela, c'est que vous, personnellement, ne travaillez que POUR de l'argent et pour aucune autre raison. Et vous seriez surpris de ce que vous feriez si vous travailliez pour vous, selon vos valeurs, si vous faisiez ce qui vous plaît, ce qui vous émancipe. Je vous ferais un article là-dessus incessamment sous peu. Mais pour la faire courte : non, ça ne fera pas du tout, et même à l'opposé, une société d'oisifs.

La création monétaire est inconditionnelle.

D'où vient l'argent

    Maintenant, venons-en à la quantité de monnaie que chaque citoyen crée. Car, comme je le disais, ce n'est pas un clip de rap où on balance des billets à foison parce qu'on se sent riche et et au-delà de toute limite.

Ah bah tiens, justement,
je parlais de vous.

Non, en économie organique, la quantité de monnaie que crée un citoyen dépend de son expérience économique. Oui, ça sonne un peu comme un gros mot, ça. Et j'avoue que ça va être le truc le plus compliqué à comprendre. C'est trop bouleversant, je vous jure...

    Quand Bilbon paye 20 balles à Gandalf, en euros, Bilbon n'a plus les sous et Gandalf à 20 euros de plus qu'avant, qu'il pourra dépenser à son tour. Ça, c'est ok pour vous, n'est-ce pas ? La normalité. Bon, maintenant, imaginez que la monnaie soit à usage unique. Quoi ? Oui, je sais, c'est chaud. Je vous refais donc la scène : Bilbon paye 20 balles à Gandalf, mais cette fois c'est de la monnaie citoyenne. Bilbon avait 20 balles avant et, après avoir payé Gandalf, ne les a plus. Cette partie-là ne change pas. Mais Gandalf, lui, n'a pas 20 boulasses de plus dans son porte monnaie. "Mais où sont-elles passées alors ?" me demanderez-vous, en toute logique. Et bien, plutôt que d'aller dans son porte monnaie, cette monnaie citoyenne reçue de la part de Bilbon va dans l'expérience économique de Gandalf.

    Donc, toute la monnaie qu'un citoyen reçoit comme paiement (commerce, salaire, etc), il ne peut pas la dépenser à nouveau, à la place elle va directement dans son expérience économique. C'est parce que la monnaie est à usage unique.

La monnaie organique (citoyenne & d'investissement) est à usage unique.

     C'est le bon moment pour se demander "mais alors, à quoi sert cette expérience économique, bon dieu !". Hé, doucement là ! J'y viens. L'expérience économique commence à zéro. C'est-à-dire que quand vous devenez citoyen, vous avez un compte avec zéro de monnaie citoyenne, zéro de monnaie d'investissement et zéro d'expérience économique. Et oui, il faut bien commencer quelque part. Dans ce cas, quand votre expérience économique est à zéro, vous créez une et une seule unité de monnaie citoyenne, ainsi qu'une et une seule unité de monnaie d'investissement par jour. Ensuite, plus tard, quand vous recevrez des paiements (parce que vous avez vendu une botte de carottes au voisin, par exemple, ou parce que vous touchez un salaire, ou les deux), la monnaie reçue ira dans votre expérience économique. Alors, comme votre expérience économique est plus grande, vous créerez un peu plus de monnaie citoyenne et de monnaie d'investissement chaque jour. Tout simplement.

    Pour faire une métaphore avec le système actuel, c'est un peu comme si, à votre naissance, on vous ouvrait un compte épargne : votre expérience économique. Et chaque fois que vous receviez de l'argent, il irait sur ce compte épargne. Mais ce compte est particulier parce qu'il est à sens unique : vous pouvez y ajouter de l'argent, mais jamais en retirer. Ainsi, la quantité de monnaie sur ce compte ne fait qu'augmenter (ou stagner, si vous ne "gagnez" rien) et ne peut jamais baisser. Frustrant, tout ce pognon inaccessible, hein ? Oui mais non, parce que chaque jour vous touchez les "intérêts" générés par ce compte épargne. Cette monnaie, par contre, c'est la vôtre et vous pouvez la dépenser. Et vous êtes sûr, certain, que chaque jour, sans exception, sans limite d'âge, sans preuve de casier judiciaire, vous aurez vos fameux "intérêts".

Son expérience économique définit la quantité de monnaie que crée un citoyen.

     Si vous avez bien suivi, c'est d'ailleurs cette caractéristique, d'être "à usage unique", des monnaies organiques qui fait que les écosystèmes ne font pas de profit. Ils ne peuvent pas garder la monnaie citoyenne que les citoyens leur payent car celle-ci doit bien et toujours aller dans une expérience économique. Or, les écosystèmes n'ont pas d'expérience économique, mais leurs salariés, si. Donc, pouf!, tout ce qui n'est pas de la monnaie d'investissement, c'est direct dans les expériences économiques des citoyens qui œuvrent dans l'écosystème.

Conclusion

    Si vous êtes arrivé jusqu'ici, bravo. Si vous avez tout compris, encore plus bravo. Parce que, bien que les éléments soient relativement simples à appréhender, le tout nécessite un basculement mental qui s'avère encore souvent difficile. Mais à force, ça vous paraîtra sûrement naturel.

    Maintenant que vous avez compris en quoi consiste l'économie organique, vous pouvez éventuellement lire pourquoi l'économie organique pour comprendre un peu les maux qu'elle corrige.

    Enfin, si vous avez des questions, faites-vous plaisir. Je sais que ce n'est pas évident à appréhender, alors il faut y aller franco sur la levée des doutes. Donc, lancez-vous. Je répondrai.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découvrir l'économie organique

    Bienvenue dans l'économie organique ! Dans cet article, je vais d'abord vous parler un peu de ce qui ne va pas. Je tâcherai de faire court car il y aurait beaucoup à dire et ce n'est pas très joyeux à raconter, ni à lire. Mais il faut bien comprendre pourquoi on fait ce que l'on fait. Puis, après la pluie, vous découvrirez les bases de l'économie organique. Et là, c'est la fête, une vision porteuse de positif. Et, surtout, cela permet de ne plus être en colère contre tout le monde (ou contre certains en particulier), parce qu'on a un cap, une cible agréable : on arrête de juger les joueurs ; à la place, on transforme le jeu .     On peut prendre le sujet par n'importe quel axe, mais commençons par le plus à la mode : l'écologie. Tout le monde ne parle plus que d'écologie. Les gouvernements, les politiques, les entreprises, les associations, tous ! Et tous ont une solution ou une idée pour améliorer tel aspect, réduire les émissions de tel aut

L'économie des mots

       Notre vocabulaire est notre outil de communication. C'est grâce à lui que nous construisons nos idées. Et non pas l'inverse. Ce n'est pas notre cerveau qui génère les mots pour énoncer nos pensées. Non, il se sert au contraire des mots qui sont à sa disposition pour nous permettre de structurer nos réflexions. Preuve en est que nous pensons effectivement dans notre langue parlée et non pas dans une langue qui nous serait propre et unique.      De même que le langage, l'économie est l'un des outils les plus fondamentaux de nos sociétés et, par construction, il s'impose avec tout le vocable qui lui est assorti. Ainsi, si vous souhaitez quitter le capitalisme, il vous faudra vous séparer de mots pour vous défaire de leurs maux. Il est en effet impossible de penser hors du cadre qui nous structure tant que les mots comme "profit", "intérêts" ou "rentabilité" nous accaparent l'esprit.      Pour vivre et construire un réel chan